Expérimentations scientifiques dans les camps nazis

À Auschwitz, une quarantaine de médecins étaient présents pour effectuer les sélections sur la rampe d’arrivée (« Judenrampe ») et pratiquer des expériences pseudo-scientifiques, parmi lesquels le célèbre Mengele. Ce n’est pas une exception dans le système concentrationnaire nazi : dans d’autres camps de concentration, d’autres tortionnaires ont enfreint le serment d’Hippocrate et réalisé des expériences pseudo-scientifiques à des fins raciales ou dans des buts militaires. Les traces laissées sur les rescapés ont marqué à jamais leurs victimes. Leurs procès ont conduit à l’énoncé du « Code de Nuremberg », extrait du jugement pénal rendu les 19-20 août 1947 par le Tribunal militaire américain. Ce « Code de Nuremberg » va déterminer le caractère licite ou illicite des expérimentations. Grâce à ce procès, un texte de jurisprudence internationale existe désormais, et encadre la réalisation des expériences avec une base légale.

De nos jours, le « Code de Nuremberg » reste régulièrement évoqué ; ce texte fut fondamental pour le développement de la notion de bioéthique.

« Bloc 10 » situé dans le camp d’Auschwitz I, lieu des expériences médicales réalisées sur des détenus par des médecins SS, Auschwitz I, Pologne.

Enfants survivants d’Auschwitz, photographie extraite d’un film soviétique de la libération d’Auschwitz, réalisé par l’unité cinématographique du premier front ukrainien, Wytwornia Filmow Dokumentalnych I Fabularnych

Ruines du bloc des jumeaux situé dans le camp des femmes, les jeunes cobayes y étaient enfermés dans l’attente des expériences réalisées par le médecin SS Josef Mengele, Auschwitz-Birkenau, Pologne

Ruines du « bloc 32 » situé dans le camp des tsiganes, qui fut le lieu des expériences médicales sur des enfants (pour la plupart des jumeaux), réalisées par le médecin SS Josef Mengele, Auschwitz-Birkenau, Pologne

Laccusé Karl Brandt, commissaire général pour la Santé et les Affaires sanitaires, témoigne lors du procès des médecins. Nuremberg, Allemagne, du 09 décembre 1946 au 20 août 1947, photographie provenant du site US Holocaust Memorial Museum

Photographie du « bloc 10 », Lionel Guericolas, Auschwitz-Birkenau, Pologne

Expériences sur les limites de la résistance des êtres humaines aux hautes altitudes

Le procès des médecins de Nuremberg

Photographie des 23 accusés du procès des médecins, leurs avocats sont situés au-dessous d’eux

Leo Alexander, expert de l’accusation, explique la nature de l’expérience subie par le témoin

Source : Wikipédia

Le code de Nuremberg et la notion d’éthique médicale

Jadwiga Dzido témoignant au procès des médecins, Nuremberg, Allemagne, 20 décembre 1946.
Photographie provenant du National Archives and Records Administration, College Park, MD

Travail suivant